Les T. C. C.

Un témoin observe, regarde et note. Il juge, apprécie et rapporte ou fais des rapports. Il sympathise. Il n’agit jamais pour nous et avec nous. Il est et reste à côté de nous.

 Un complice est avec nous et avec ce que l’on vit. Il comprend très bien notre situation et ne fait aucun rapport, car il serait reconnu comme complice donc coupable. Il aimerait faire plus pour nous aider, il est empathique, mais Il n’est pas en action avec nous. Il donne des conseils, nous écoute et nous comprend.

Un conspirateur est avec nous et surtout avec lui-même, car il retrouve en l’autre un but commun, il est en désire, en vouloir d’agir et de devenir. Il se dit : je suis avec toi, mais surtout pour moi. Je suis en accord avec ce que tu vis, car si je vivrais ce que tu vis et si j’avais vécu ton histoire, je serais comme toi. Je partage totalement ce que tu as vécu, ressenti, enduré en silence. 

Je préfère conspirer, car en action pour moi avec d’autres que sympathiser, être empathique et  en inaction.

Il existe trop de témoins autour de nous qui nous observent en demeurant à distance. Il y a trop de gens qui observent d’autres gens en détresse. Il y a trop de personnes qui regardent un gars se faire batte dans la rue, une fille se faire violenter, un individu commette un vol.

Il y a tellement peu de complices pour nous réconforter, nous encourager et nous aider.

Il y a encore trop peu de personnes, afin d’entreprendre une démarche de développement personnelle ensemble afin de conspirer vers un mieux-être.

Nous sommes à une époque du chacun pour soi et de pas dans ma cour. On oubli la réalité des gens qui nous entourent pour visualisé des télés réalités.

Le respect des autres disparaît graduellement, car trop de gens ne se respectent  plus eux-mêmes. Ils ne sont plus responsables de rien. Ils n’ont plus d’obligation envers qui que ce soit. Ils préfèrent abandonner leurs croyances pour satisfaire des temps de plaisir éphémères.

 Le respect implique la responsabilité et donc des obligations. Il faut se rappeler l’histoire du Petit Prince qui a apprivoisé sa rose. Il se sent le devoir, de l’entretenir, de la protéger et de respecter sa beauté.

En me respectant, je sais que je vais respecter les autres, car cela va transpirer naturellement.

Ose être toi, ose extérioriser tes valeurs et tes croyances. Tu seras alors contagieux et ceux qui te côtoient risquent d'attraper tes valeurs et croyances. Cherche à respecter ce qui est beau et bon en toi. Tu pourras alors être plus en mesure de respecter ce qui est beau et bon chez les autres. Admire en toi ce qui te rend unique et tu pourras facilement admirer et non jalouser ce qui est unique chez les autres.

Charles Conrad

 

Bien cordialement,

Conrad Huard